Trop de lecture peut étouffer le génie

Réparer une vielle mobylette, une passion qui prend du temps

pieces-mobylette-cyclo-reparation-passionJe suis un éternel collectionneur. En fait, je suis un nostalgique du passé, alors je chine souvent dans les brocantes et les vide-greniers à la recherche de la perle rare. Je fonctionne beaucoup à l’émotion et au coup de cœur. Ma dernière trouvaille en est l’exemple même, puisque j’ai « dégoté » une vieille Motobécane, celle que j’avais à 16 ans. Que de souvenirs en la voyant ! Alors, ni une ni deux, je l’ai achetée bien qu’elle soit assez abîmée. Et je n’ai pas pu résister à l’envie de la remettre en état. Une tâche qui me prend du temps mais que j’adore ! De plus, sur Internet, j’ai trouvé un site où je peux acheter toutes les pièces de mobylette dont j’ai besoin.

A la recherche de ces petits équipements

En effet, il y a quelques jours j’ai découvert une boutique en ligne spécialisée dans la vente de pièces de cyclomoteur. Ainsi, je peux les commander facilement, en quelques clics. Cela me permet de gagner du temps. Sans ce site, je devrais écumer les garagistes, concessions, brocantes et les magasins de bricolage. D’autant que sur cette boutique, le choix est vaste et on trouve plein de pièces pour de nombreux types de cyclo. Bien sûr, cela implique également des dépenses. Mais croyez-moi, cela en vaut la peine. Je m’amuse comme un petit fou à réparer ce cyclomoteur et j’ai vraiment hâte d’avoir terminé pour rouler avec.

Apprendre de ses erreurs pour progresser

De même, il m’est arrivé de commettre des erreurs. Par exemple, je pensais avoir acheté les bonnes pièces de mobylette or ce n’était pas le cas. Je m’étais trompé dans les références. Heureusement, j’ai pu effectuer un échange et cette fois, commandé les bons articles.
Et pour éviter de payer plusieurs fois les frais de port, je passe souvent des commandes groupées avec mes copains qui sont aussi passionnés que moi de vieux cyclomoteurs. Il nous arrive aussi d’échanger des pièces de cyclo et des conseils. Grâce à eux, j’apprends aussi plein de choses. On discute souvent de l’état d’avancement de nos projets de restauration et quand l’un de nous a besoin d’aide, on répond toujours présent.

Laisser une réponse